samedi 23 janvier 2021

O’SULLIVAN

L’accouchement fut long (prés de 4 ans!) mais le premier volet de notre saga irlandaise O’SULLIVAN verra enfin le jour en mars prochain, sous les pinceaux de Marc Renier et le label de Guy Delcourt.


(ci dessus projet de couverture / non finalisé)


C’est l’histoire d’une famille quittant l’Irlande au milieu du 19 éme siècle
pour fuir la famine et tenter de se découvrir une meilleure vie outre
atlantique…
Déflilera ainsi, au fil des 4 albums prévus,  toute une procession d’O’Sullivan, 
pas tous trés recommandables ni ragoûtants,(quelques fous, quelques poètes, quelques gangsters) même si attachants à leur façon,  procession qui se conclura par un certain Jim, écrivain renommé, auteur de best sellers fantastiques dans la lignée de Stephan King…
Celui ci décidera un jour  de se pencher sur l’histoire des siens pour -qui sait?- en faire  son chef d’oeuvre?
Mais cette histoire s’avérera parfois bien mystérieuse...

samedi 16 janvier 2021

UN CERTAIN RAFFINI...

Je redécouvre ces 2 photos de José Louis Bocquetactuel éditeur de Dupuis et alors attaché de presse des Humanoïdes Associés, prises  dans un garage de Levallois spécialisé dans les Tractions Avant




Aprés votre serviteur (ci-dessous), c’est à l’ami Jacques  Ferrandez (ci dessus) de venir câliner le phare d’une superbe « 15 » celle-là même qu’il venait de dessiner dans la toute première enquête du commissaire Raffini « L’HOMME AU BIGOS ».




Aprés que hebdomadaire télévisuel Télérama en eut fait son feuilleton de l’été,  les Humanos le sortirent sous forme d'album (souple) et nous en réalisions alors le dossier de presse.
D’où ces photos spécial « vintage » (1980?)…




dimanche 10 janvier 2021

ET SI…?

Quand le Tome 1 est sorti (il y a un an) j’avais dû ferrailler avec un certain nombre d’amis journalistes ou libraires:-« Tu as lu notre « Chez Adolf »?-« Non, mais… Il y a tellement d’albums qui sortent sur Hitler et le nazisme. Alors… » Et à chaque fois je devais expliquer que ce n’était en rien un de ces bouquins qui surfent sur le mythe hitlérien pour tout à la fois le dénoncer et s’en repaitre !



Déjà notre Adolf n’est que partiellement Hitler. Hitler on ne le voit pas dans l’histoire (hormis en photo!) Ce prénom, très rependu à l’époque, est également et surtout celui du gros aubergiste, brave homme mais un peu plouc, qui loge Karl Stieg le personnage principal.

Ce dernier, figure centrale du récit, n’a rien d’un héros.  Petit prof de collège, 
c'est un allemand moyen -comme nous sommes des français moyens-incarnant une « Allemagne profonde » et un peuple qui demande surtout à avoir du travail et de quoi manger, et navigue donc « à vue » parmi les écueils, les délires et les monstruosités du temps…

La vraie question que pose le parcours de notre personnage, c’est: et nous, qu’aurions nous fait, comment aurions nous alors réagi durant ces années singulières, évoquées ici à travers le quotidien du « petit peuple » 
Bien sûr, à chacun sa réponse...